image_pdfimage_print

portrait de Tomek JarolimDiplômé de l’institut universitaire de technologie en génie informatique et de l’école supérieure d’art d’Aix-en-Provence, Tomek Jarolim est artiste plasticien et designer d’interaction. ses installations interrogent tant le statut du regardeur que le regardable lui-même, à travers une recherche sur la lumière numérique et la couleur du pixel. En 2008, il présente « shades of white », une création de danse contemporaine conçue avec Bruno Péré dans le cadre du festival « les affluents » du ballet Preljocaj. Lauréat de la bourse face (french american cultural exchange), il part à la School of the art institute à Chicago, où il se concentre sur un travail sonore, « ut queant laxis », qui sera chorégraphié par Beth Jucovy pour le festival « innovation in dance » à New York.

En 2009, il expose invisibles à la 14e biennale des jeunes créateurs à Skopje qui lui permet d’aborder un travail plus sensoriel qu’il poursuit au sein du programme « diip » d’ensadlab, laboratoire de recherche des arts décos. Il y développe des recherches concernant les lumières interactives, notamment avec fermer les yeux et diffraction, présentés lors du fabfest 2012 à la Gaîté Lyrique.

Tomek Jarolim continue ses explorations quant aux lumières, à travers diverses résidences : lumière des étoiles dans le cadre une résidence à l’observatoire de Haute Provence/CNRS, et lumières numérique, traditionnelle ou théatrale au théâtre de l’agora – scène nationale d’Évry et de l’Essone.

Parallèlement, il collabore à des projets tels que fenêtre augmentée de Thierry Fournier au centre Pompidou, « discontrol party » de Samuel Bianchini à la Gaîté Lyrique ou « browse by motion » de l’institut de recherche et d’innovation du Centre Pompidou (iri) avec Thierry de Mey dans le cadre de Futur-en-Seine. En 2011, il signe la création numérique de « ring saga », opéra mis en scène par Antoine Gindt d’après l’Anneau du Nibelung de Wagner, projet pour lequel il travaille également sur une « rêverie » intitulée « wanderer post-scriptum ».

www.tomek.fr