Optique expérimentale

De la question des réalités générées au travers des protocoles de développement optique

Le mot allemand Zeitlupe qui se traduit littéralement en français par le temps vu à la loupe et qui est réduit à la terminologie de « ralenti » induit une notion plus particulière du temps qui se voit au travers de l’objectif. Cette traduction littérale offre une excellente application à d’une part l’analyse de la photographie, à d’autre part à l’image en général. L’enjeu qui traversera le workshop proposé est celui de la réalité perçue au travers d’un objectif dit altéré.

Il y sera question de différents protocoles expérimentaux de fabrications et d’application d’optique et ce au travers d’approches raffinées telles que les optiques liquides développées par Bruno Berge ou encore les optiques vibratoires de Jean-Pierre Beauviala, mise en oeuvre au bénéfice des caméras Aaton. Le workshop explorera également les optiques DIY : imprimées en stéréolithographie ou encore thermoformées.

Toutes ces expérimentations donneront à percevoir des réalités parfois diamétralement différentes. Elles constituent autant de vecteurs destinés à l’émergence de l’imprécis, de l’imperceptible et de l’insaisissable. Ce que nous nommerons les distorsions optiques feront l’objet d’une analyse critique et archéologique.

Enseignants/Participants au workshop

Julien Maire, ESADMM / Caroline Bernard, ENSP/ Guillaume Gay