France Cadet

Portrait de France Cadet

France Cadet, née en 1971, est une artiste française qui explore la robotique et les nouveaux médias. Elle dirige l’atelier de robotique de l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence et a enseigné à la renommée School of the Art Institute of Chicago.

France Cadet a tout d’abord étudié les sciences avant de se tourner vers des études artistiques. Ses installations multimédia s’exposent sur la scène nationale et internationale et rassemblent ces deux intérêts.

Ses pièces abordent de façon ironique et grinçante diverses questions de la science qui font débat, explorant parodiquement la relation de l’homme à l’animal et de l’humain à l’androïde, en jouant avec la frontière, de plus en plus poreuse, entre le naturel et l’artificiel.

Son travail s’est vu récompensé par VIDA 6.0, un Concours International sur L’Art & la Vie Artificielle, aux Digita Awards 2004 à Tokyo, et a été acheté par le Musée de Badajoz en Espagne : le MEIAC.

www.cyber-doll.com




Julien Maire

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus mi orci, congue vel commodo id, facilisis eget lectus. Ut gravida, erat ac molestie molestie, lectus ligula venenatis risus, eget commodo nunc leo quis arcu. Phasellus luctus, purus quis aliquet pellentesque, sem leo luctus arcu, eget auctor turpis felis id ex. Fusce quam neque, congue non ultricies vel, suscipit non purus. Vivamus auctor vehicula nisi, sed finibus lectus pulvinar sit amet. Nam magna elit, iaculis ac egestas in, consectetur sed nibh. Pellentesque dui urna, venenatis eget neque eu, pharetra aliquet justo. Duis tincidunt sapien metus, vitae tempor enim faucibus id. Nam ut nisi erat. Fusce a nunc et risus scelerisque auctor sed vel quam. Cras elit enim, tempus non malesuada a, lobortis vel metus. Morbi eu pharetra justo.




Des êtres humains dotés de sens artificiels, une image augmentée de notre monde

Des être humains dotés de sens artificiels. Ce n’est plus une simple idée. C’est un choix.

Neil Harbisson et Moon Ribas, deux artistes dont les sens ont été améliorés par des implants cybernétiques, viendront partager leur expérience en tant qu’artistes cyborgs dotés de sens artificiels.

Neil Harbisson possède une antenne implantée dans sa boite crânienne qui lui permet de percevoir les couleurs au-delà du spectre visible, de l’infrarouge à l’ultraviolet. Moon ribas a des implants sismiques dans les coudes qui lui permettent de ressentir les tremblements de terres et les mouvements de la lune. En tant que danseuse, elle traduit ces mouvements en chorégraphies.

Ils sont tous deux co-fondateurs de la Fondation Cyborg, qui fait la promotion du cyborgnisme en tant que mouvement social et artistique. La compagnie vient tout juste de sortir leur premier produit : North Sense, un dispositif électronique qui vous permet de ressentir le nord magnétique comme de nombreux animaux. Neil Harbisson et Moon Ribas expliqueront comment leurs sens, augmentés au-delà des sens traditionnels, améliorent l’expérience humaine et la perception de tout un monde jusque là inaccessible. Être doté de sens artificiels nous permet d’accéder à une vison augmentée de notre monde, plus connectée à la nature. Un sens artificiel ne change pas notre corps. Il change notre esprit. Au lieu d’utiliser la technologie. Devenons la technologie.

Les étudiants proposeront leur image augmentée du monde par l’ajout d’un sens artificiel à leurs modes de perception familiers.

 

Enseignants/Participants au workshop

France Cadet ESAA / Neil Harbisson / Moon Ribas

 

 




New Atlantis

« New Atlantis (La Nouvelle Atlantide) est un univers virtuel partagé (multi utilisateur) en ligne dédié à l’expérimentation et à la création sonore. Contrairement à la plupart des univers virtuels où l’image prédomine, dans NewAtlantis elle sert avant tout à permettre une navigation et une interaction sonore.

Ce workshop explore et expérimente la relation audiographique ; la construction d’une corrélation entre l’image 3d virtuelle, le son et la façon dont ils interagissent avec l’utilisateur et le reste de l’espace virtuel. Bien que cette relation soit par définition fictionnelle car créée, l’objet audiographique lui, à une réelle existence : contrairement à une oeuvre audiovisuelle « traditionnelle » l’œuvre audiographique peut être dotée d’une autonomie, d’un comportement et de la capacité d’évoluer. Cette configuration interroge la façon dont, à la fois mais différemment, les images et le son déterminent un espace et des comportements. La richesse de ce travail réside dans les potentiels créatifs qu’offre la manipulation de cette relation.

New Atlantis est organisé comme un ensemble d’espaces, crées de façon individuelle ou collective. Ils permettent d’organiser performances partagées à distance, jeux, parcours ou paysages sonores virtuels et tout autre expérience audiovisuelle demandant la synchronisation entre multiples joueurs.

Techniques abordées : Unity 3d

Enseignants/Participants au workshop (la liste peut encore changer)

Jonathan Tanant (développeur principale)

Gaëtan Parseihian (PostDoc) LMA CNRS Marseille)

Laurent Pruvost (Ingénieur LMA CNRS Marseille)

Ben Chang (Renssaler Polytechnique Institute) Troy USA

Peter Sinclair (Locus Sonus ESA-Aix)

Francois Parra (ESA-Aix Son)

Gregory Pignot (ESA-Aix HyperMedia)

Gregoire Lauvin (ESADMM)




Optique expérimentale

De la question des réalités générées au travers des protocoles de développement optique

Le mot allemand Zeitlupe qui se traduit littéralement en français par le temps vu à la loupe et qui est réduit à la terminologie de « ralenti » induit une notion plus particulière du temps qui se voit au travers de l’objectif. Cette traduction littérale offre une excellente application à d’une part l’analyse de la photographie, à d’autre part à l’image en général. L’enjeu qui traversera le workshop proposé est celui de la réalité perçue au travers d’un objectif dit altéré.

Il y sera question de différents protocoles expérimentaux de fabrications et d’application d’optique et ce au travers d’approches raffinées telles que les optiques liquides développées par Bruno Berge ou encore les optiques vibratoires de Jean-Pierre Beauviala, mise en oeuvre au bénéfice des caméras Aaton. Le workshop explorera également les optiques DIY : imprimées en stéréolithographie ou encore thermoformées.

Toutes ces expérimentations donneront à percevoir des réalités parfois diamétralement différentes. Elles constituent autant de vecteurs destinés à l’émergence de l’imprécis, de l’imperceptible et de l’insaisissable. Ce que nous nommerons les distorsions optiques feront l’objet d’une analyse critique et archéologique.

Enseignants/Participants au workshop

Julien Maire, ESADMM / Caroline Bernard, ENSP/ Guillaume Gay